• Gamines
    Un film de Eléonore Faucher.
    Avec Sylvie Testud, Amira Casar, Zoé Duthion, Jean-Pierre Martins.
    Sortie le 16 décembre 2009.
    Le site du film : Gamines
    • Comédie dramatique
  • Synopsis :

    J'aime pas qu'on me plaigne. Je préfère rigoler. Devant les mines compatissantes, je réponds depuis trente ans : "Je n'ai pas de père, mais je m'en fiche, c'est comme ça. J'ai une photo."

    J'ai aussi deux soeurs, et une mère italienne... mais attention... interdit de parler de "lui" devant "elle"... Ça déclencherait une éruption volcanique. Car le volcan, il paraît, n'est pas encore éteint. Je crois que c'est un peu à cause de ma figure. La même que lui. Quand ils me voient rigoler, dans la famille, ils disent : "C'est son portrait craché." Et ma mère est à la fois triste et fière. Elle est fière parce que je suis blonde comme lui, alors qu'ils sont tous bruns. Mais moi je préférerais être comme eux. C'est pour ça, que je fais des conneries comme les mecs, pour leur ressembler, pour être plus italienne qu'eux. Des conneries d'artiste, comme dit mon parrain. Je suis sa préférée. Et lui aussi, c'est mon préféré. Mais j'aimerais bien le voir en vrai, le type de la photo, un jour, quand même. Seulement il paraît qu'il est dangereux. Qu'il est fou...

Galerie photos
Cliquez sur une image pour l'agrandir
Autour du film

ENTRETIEN AVEC ELEONORE FAUCHER ET SYLVIE TESTUD

Eléonore, comment avez-vous découvert Gamines, le roman de Sylvie Testud ?

Eléonore Faucher : J'ai vu Sylvie qui en parlait à la télévision et ça m'a donné envie de le lire. Je voulais faire un film sur l'enfance, en ayant plus une envie d'atmosphère, d'images, de réalisation, que d'histoire, d'écriture. Et puis je venais de passer trois ans à essayer de monter le financement d'un film sur un scénario original, auquel je tiens beaucoup, sans y être parvenue, et je ne me voyais pas repartir sur une idée originale. Donc j'ai lu le roman de Sylvie et, alors qu'on n'a pas eu du tout la même vie, ni la même enfance, j'y ai trouvé cette atmosphère que je cherchais, j'y ai reconnu des choses : on avait le même côté garçon manqué, une figure paternelle forte pour des raisons différentes, le besoin de nous confronter à nos fantasmes.
En particulier celui que tout enfant construit autour de ses parents et qui est malheureusement voué à s'effondrer, à l'adolescence, ou plus tard. La construction du fantasme en lui-même m'intéressait, de quelle façon on l'affronte et qu'est-ce qui se passe après ? Est-ce que le fantasme perdure ? Est-ce qu'il s'effondre ? Il y avait ces questionnements-là dans le livre de Sylvie. Et puis elle y parlait des rapports familiaux, de la filiation, des thèmes qui m'intéressent. J'ai tout de suite eu envie de l'adapter. Du coup je lui ai envoyé une lettre pour lui dire ce que j'avais ressenti en lisant Gamines.

Sylvie Testud :
Je me souviens de la lettre, mais plus encore de notre rencontre. Quand le livre a été édité, trois hommes voulaient en acquérir les droits et je trouvais étrange que des hommes presque assez vieux pour jouer le rôle du père aient envie d'adapter un bouquin qui parle de trois petites filles et d'un père absent. Je n'avais pas tellement réagi à leur offre. Quand Eléonore s'est manifestée, j'étais contente que ce soit une femme, mais je ne sais pas pourquoi je m'attendais à quelqu'un de plus âgé. Quand je l'ai vue, je me suis dit : "Oh elle est comme moi, quoi !" On s'est tout de suite senties très proches. On a papoté, des rapports familiaux, de la façon dont on trouve sa place les uns par rapport aux autres, de la masculinité, de la féminité et de la place du père, qu'il soit absent ou présent...

Eléonore Faucher : Comment on est perçu par sa famille, comment on perçoit les autres et comment on réalise que les autres tiennent un rôle, en fonction de la place qui leur a été attribuée. Ça, ça me plait énormément. Le film joue beaucoup là dessus, sur la manière dont les gens se comportent quand ils sont en famille, quand ils ne sont pas en famille, quand il en manque un membre...

Sylvie Testud : La famille est un lieu où on s'apaise mais c'est aussi un lieu où on reprend un rôle qui vous a été imposé dès l'enfance. D'un gosse de 4 ans on dit déjà : "Lui c'est le petit conquérant" Ou : "Elle c'est le garçon manqué".

Eléonore Faucher : Et ça reste figé toute la vie. Ce qui m'intéressait aussi, qui était déjà présent dans BRODEUSES et qui est très présent dans GAMINES, c'est la différence entre ce qu'on laisse paraître et ce qu'on ressent au fond, comment finalement on masque ou on travestit ce qu'on ressent pour répondre à l'attente des autres... ou par élégance...

Sylvie Testud : Oui... par politesse...

Eléonore Faucher :
Dans notre société où il fait meilleur quand on se montre fort, jouisseur et combatif plutôt que souffrant, déprimé, ou ayant besoin d'aide...

À partir de là, comment vous êtes-vous appropriée le livre ?

Eléonore Faucher : J'ai posé des questions à Sylvie pour comprendre qui était qui, comment chacun fonctionnait par rapport aux autres, ce qui s'était passé, etc. Il y a une partie du roman que j'ai gardée et une autre qui n'avait pas sa place dans le film. Ensuite j'ai sélectionné les moments les plus évocateurs pour présenter les gens, les relations entre eux. Le début du livre, par exemple, je l'ai complètement gardé, c'est après qu'il a fallu que je trie. Il y a des passages que j'aimais beaucoup, comme celui de l'église, que je n'ai pas pu mettre parce que dans la dramaturgie du film c'était redondant avec d'autres scènes. Mais la structure du film s'est imposée d'elle-même, à partir du moment où l'axe principal était fixé : comment vit-elle l'absence de son père ? A partir de là, il ne s'agit plus exactement d'une question de choix, mais de ce qui s'impose pour rendre cette histoire sensible. Alors ça reste des choix, bien sûr, mais ça n'a rien à voir avec des lubies, des envies personnelles : il faut que la maison tienne debout, on ne peut pas jouer trop sur sa structure, par contre, on peut choisir la couleur des pierres, la présence d'une cheminée...

Sylvie Testud :
Moi je n'aurais jamais pu faire de choix, j'aurais essayé de retourner à la vérité alors que la vérité n'est pas forcément intéressante.

Eléonore Faucher :
C'est super, d'avoir réussi à écrire un roman autobiographique alors que les protagonistes sont encore en vie, d'avoir pris autant de recul, au point d'amener ce ton, très drôle... Ce n'est pas un témoignage fleuve sur ta vie, ton oeuvre. On sent qu'il y a une écriture dans ton livre, qu'il y a des événements qui ont été rapprochés parce que ça faisait sens. C'est loin d'être une évidence, c'est un travail. Ce travail existe aussi pour un film : c'est une grammaire, un vocabulaire qui n'ont rien à voir avec l'écrit. Le choix se fait à l'écriture du scénario mais aussi avec un découpage, une caméra, un objectif, une lumière, des comédiens, une musique...

Sylvie, êtes-vous intervenue dans le processus d'écriture ?

Sylvie Testud : Pas beaucoup. On s'est un peu consultées.

Eléonore Faucher :
En fait, elle m'a donné tout le matériau et elle m'a laissée libre. Au départ, j'avais envie de lui faire lire toutes les trois lignes ce que j'écrivais pour savoir si ça lui plaisait, si je ne la trahissais pas. Mais elle m'a dit : "Allez vas-y". Je me suis retrouvée face à mes responsabilités, à mes envies de dramaturgie et le film s'est imposé.

Sylvie Testud : Il fallait qu'elle se l'approprie. Un livre ce n'est pas comme un scénario, c'est un produit fini, c'est presque une matière sèche pour un écrivain. Il fallait qu'Eléonore réinjecte de la vie, qu'elle réinjecte quelque chose dont moi je n'étais plus capable, qu'elle reconstruise une autre maison.
C'est elle qui a écrit le scénario, c'est son film. Ce n'est pas ma vie qu'elle s'est appropriée puisque mon livre n'est pas une biographie, il n'y a presque rien de vrai dans ce que je raconte même si les membres de la famille qui l'ont lu m'ont dit : "Rien n'est vrai mais c'est exactement ça". C'est moi mais ce n'est pas moi.

Est-ce que Sylvie s'est imposée d'emblée dans le rôle de Sybille ?

Eléonore Faucher :
Oui.

Sylvie Testud :
Je dois avouer que j'ai hésité, j'avais peur que le film revienne vers moi.

Eléonore Faucher : En fait ça n'est pas le cas, car la construction du film, son image, sa musique ne tirent pas du tout vers le réalisme. L'esthétique du film permet d'établir une distance : ça reste l'histoire d'un personnage, Sybille, plus que celle de Sylvie Testud.

Sylvie Testud : J'ai appréhendé ce film comme un autre au final, je ne suis pas arrivée sur le plateau en me disant : "Comment je vais me jouer moi ?".

Eléonore, quel était votre parti pris de mise en scène ?

Eléonore Faucher :
Il y a deux époques dans le film. Il y a le présent et le "plus ou moins" années 70. Je n'aime pas fixer des dates très précises parce que ce qui parle aux gens ce sont des souvenirs ou des impressions un peu floues. Il y avait donc deux traitements différents selon les époques, deux tons différents. Le point de vue de Sybille est capital dans le film, d'où la présence d'une voix off, dite selon les moments par la petite Sybille, ou par Sybille adulte. C'est ce qui amène la subjectivité du film, son point de vue : à aucun moment, je ne prétends établir une vérité sur ces gens, ou sur cette situation de famille éclatée. On est dans le regard de Sybille, et ce regard évolue entre ses dix ans et ses trente ans. Il y a toujours un décalage entre cette voix off, qui correspond à ce qu'elle ressent, et la scène telle que nous la voyons. Avec des aller-retour entre ce qu'elle voyait petite et ce qu'elle en comprend aujourd'hui. Et il y a toute la fantasmagorie autour du père qui est encore traitée différemment, en jouant sur les flous, avec des optiques particulières.
Ensuite, il y a des scènes importantes, des scènes de passage entre Sybille enfant et Sybille adulte, comme celle dans l'arbre en Italie où la petite Sybille va trouver son intériorité. Les autres, les Italiens sont là : elle arrive de France en voulant être plus forte qu'eux, mais une fois sur place, elle se rend compte que ça n'a pas de sens, qu'elle a son monde à elle et qu'elle n'a pas besoin de se référer toujours à eux. Dans ces rares moments où elle se retrouve seule, elle n'essaie plus d'épater la galerie, elle ne se débat plus dans ses rapports familiaux, elle se construit elle-même, comme on la retrouvera plus tard, adulte. La musique y joue un rôle capital, c'est sa musique intérieure, qui fait le lien entre passé et présent.

Cette scène intimiste dans la nature est magnifique...

Eléonore Faucher : Elle s'inspire de mes souvenirs d'enfance, de mes vacances en Provence avec mes quatre frères et soeurs. Mais la différence, c'est que je ne m'isolais pas volontairement, au contraire. En fait j'étais la plus petite, alors quand ils partaient à l'aventure, ils me disaient "Va voir Maman, allez, va voir Maman..." comme les cousins de Sybille avec leur petite soeur, quand ils chantent sur le mur. Et je restais toute seule avec les papillons, alors que j'aurais préféré aller avec eux, un opinel en poche. Je devrais peut-être les remercier, de m'avoir obligée à me composer une musique intérieure...

Les scènes de réunions familiales, les repas, les fêtes sont très révélatrices de la solitude des uns, de la différence des autres, de leurs relations à tous...

Sylvie Testud :
Je trouve assez beau ce qu'Eléonore a fait dans cette scène de table en plein air, où on voit tout le monde et où, d'un détail, elle caractérise chaque personne. Cette solitude au milieu des autres m'émeut terriblement, on est toujours seul au milieu des autres. C'est encore plus fort au coeur d'une famille. Dans mon livre, j'avais très peur de passer à côté des rapports entre la mère et son frère, ils ont des caractères radicalement opposés et pourtant ils entretiennent presque un rapport amoureux.
Dans le film, je trouve que ça saute littéralement au visage, c'est très, très fort. Il y a quelque chose d'ultra romantique dans ce couple finalement.

Eléonore Faucher : J'avais à coeur de ne jamais enfermer un personnage dans l'étiquette qu'on lui colle.

Sylvie Testud : Je pense que le public s'identifiera facilement à cette famille, parce qu'on est tous bourrés de paradoxes. On peut se montrer très forts par moments et pas du tout à d'autres. Les personnages du film peuvent paraître glorieux à un moment et dix minutes après révéler leur double fond, c'est ça qui fait la force du film d'Eléonore.

L'autre force du film, ce sont les acteurs. Les trois fillettes en particulier...

Eléonore Faucher : Pour le rôle de Sybille enfant, il fallait avant tout une ressemblance physique avec Sylvie. Heureusement qu'elle m'a montré des photos d'elle petite d'ailleurs car ça m'a libérée de la découvrir avec des joues et des cheveux longs, ça a ouvert le champ des possibles. Zoé a cette ressemblance, et elle avait déjà beaucoup tourné, avec talent, mais elle n'est pas si "garçon manqué" en réalité. Elle est très déterminée, mais pas batailleuse. Au casting, pendant les répétitions, il a fallu que je la pousse à jouer une petite fille un peu costaude. Elle y est allée. Je crois aussi qu'elle s'est imbibée de la personnalité de Sylvie quand elles ont enregistré les voix off toutes les deux en studio avant le tournage. C'est une véritable éponge, Zoé.

Sylvie Testud : Elle est très forte !

Eléonore Faucher : Les trois filles sont très fortes.

Sylvie Testud : La plus petite m'a impressionnée par les émotions qu'elle fait passer et la grande par sa subtilité.

Eléonore Faucher : Tu la sens extrêmement responsable, la grande, en même temps elle a une grâce incroyable, elle laisse transparaître toute la fragilité du personnage. Elles sont toutes les trois différentes, mais avant même que je décide de les réunir, elles étaient déjà complices. Au moment du casting, pendant une pause, je les ai vues collées toutes les trois, la petite sur les genoux de la grande, en train de tripoter les cheveux de Zoé, la moyenne. Comme si leurs corps étaient une même matière. Je me suis dit : "Bon... d'accord...". Mais dans le même temps, je me suis aussi dit qu'il fallait que je fasse attention à ce qu'elles ne déteignent pas l'une sur l'autre, car elles devaient rester différentes dans le film.

Amira Casar est formidable mais elle n'a pas vraiment l'âge de jouer la mère de Sylvie Testud. Pourquoi l'avoir choisie ?

Eléonore Faucher :
Elle a l'âge d'être sa mère quand Sybille a 10 ans... Il me fallait une actrice qui puisse jouer la mère à deux époques différentes. Je n'avais pas envie de prendre une actrice de 30 ans et une autre de 55 ans, je préférais jouer sur le maquillage. Amira a foncé sur ce pari, c'est là qu'on voit qu'elle vient du théâtre, ça ne lui a pas fait peur une seconde, elle joue le vieillissement, et ça marche. En plus, elle est archi polyglotte, ce qui a aidé pour la scène en italien.

Sylvie Testud :
Dans ces cas là tu prends l'actrice qui te plait...

Jean-Pierre Martins incarne le frère idéal, à la fois fort et vulnérable. Comment s'est-il imposé ?

Eléonore Faucher :
Ça, c'était une idée de Sylvie.

Sylvie Testud : Quand je l'ai croisé sur LA MÔME, où il jouait Marcel Cerdan, je me suis dit : "De toute façon, on le reverra parce qu'il a un truc". Le jour où j'ai appris qu'Eléonore cherchait un acteur pour jouer le frère d'Amira, je lui ai parlé de Jean-Pierre. Tu as vu d'autres acteurs, à part lui ?

Eléonore Faucher : Oui, mais...

Sylvie Testud : ...c'était Jean-Pierre.

Eléonore Faucher : Oui. Mine de rien quand tu écris un rôle avec l'image d'un acteur en tête, c'est difficile de la chasser. J'ai rencontré quelqu'un d'autre, auquel j'avais pensé, un peu par acquis de conscience, mais Jean-Pierre était déjà enraciné.

Que pensez-vous du film, Sylvie ?

Sylvie Testud : Je l'ai vu pas mixé et il m'a sciée. Ça me touche énormément que mon roman soit devenu un film. Quand on m'a proposé de le faire moi-même, j'ai refusé, je ne m'en sentais pas du tout capable, rien que l'idée me paniquait. J'étais ravie de ne pas avoir à faire ce travail.

Eléonore Faucher : Et moi j'étais ravie de le faire.

Sylvie Testud : Mais c'est bien pour ça qu'on ne fait pas le même métier, moi je n'aurais pas pu faire ce que tu as fait. Quand tu m'as dit : "Je laisse tomber l'église, je laisse tomber ceci et cela", je m'en fichais à la limite, puisque j'avais tout eu au moment de l'écriture du livre. Tu as filmé ce que tu avais envie de filmer, et ça marche. Au bout d'un moment, j'ai oublié que c'était quelque chose que j'avais pu écrire avant, j'ai vu un film, j'étais complètement dedans, j'ai été émue, j'ai été touchée...

 

LISTE ARTISTIQUE

Anna Di Biaggio AMIRA CASAR
Sybille adulte SYLVIE TESTUD
Sybille enfant ZOÉ DUTHION
Corinne enfant LOUISE HERRERO
Georgette enfant ROXANE MONNIER
Salvatore, le parrain Di Biaggio JEAN-PIERRE MARTINS
Odile, la marraine Di Biaggio SOPHIE GUILLEMIN
Corinne adulte LAURENCE CORDIER
Georgette adulte ÉLISE OTZENBERGER
Angela Di Biaggio LUBNA AZABAL
Antoine Mercier, le père MARC BARBÉ

 

LISTE TECHNIQUE

Scénario et réalisation ELÉONORE FAUCHER
D'après le roman de SYLVIE TESTUD ©Editions Fayard, 2006
Produit par BLANCHE GUICHOU et ROBERT GUÉDIGUIAN
Directrice de production NATHALIE DURAN
Assistante réalisation VALÉRIE MÉGARD
Directeur de la photographie PIERRE COTTEREAU
Décors VALÉRIE VALÉRO
Costumes CATHERINE RIGAULT
Maquillage EVELYNE BYOT
Montage JOËLLE VAN EFFENTERRE
Son JACQUES PIBAROT
Mixage FLORENT LAVALLÉE
Musique LAURENT PETITGAND
Photographe de plateau PASCAL CHANTIER
Une production EX NIHILO
En coproduction avec RHÔNE-ALPES CINÉMA et TF1 INTERNATIONAL
Avec la participation de la RÉGION RHÔNE-ALPES
   du CENTRE NATIONAL DE LA CINÉMATOGRAPHIE
   de CANAL +
   de CINÉCINÉMA
En association avec COFIMAGE 20 et BANQUE POPULAIRE IMAGES 9
Distribution TFM DISTRIBUTION
Ventes Internationales TF1 INTERNATIONAL