• Le Chat du Rabbin
    Un film de Joann Sfar et Antoine Delesvaux. Scénario de Joann Sfar et Sandrina Jardel, d'après l'oeuvre originale de Joann Sfar.
    Avec les voix de : François MOREL (LE CHAT), Maurice BENICHOU (LE RABBIN), Hafsia HERZI (ZLABYA), Jean-Pierre KALFON (LE MALKA DES LIONS), FELLAG (LE CHEIK MOHAMMED SFAR), Sava LOLOV (LE PEINTRE RUSSE), Daniel COHEN (LE RABBIN DU RABBIN).
    Sortie le 1er juin 2011.

    Retrouvez la page Facebook du film sur http://www.facebook.com/LeChatDuRabbin.
    • Animation - Sortie le 1er juin 2011 en 3D et en 2D
  • Synopsis :

    Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut l'éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d'elle... même à faire sa bar mitsva ! Le rabbin devra enseigner à son chat les rudiments de loi mosaïque ! Une lettre apprend au rabbin que pour garder son poste, il doit se soumettre à une dictée en français. Pour l'aider, son chat commet le sacrilège d'invoquer l'Eternel. Le rabbin réussit mais le chat ne parle plus. On le traite de nouveau comme un animal ordinaire. Son seul ami sera bientôt un peintre russe en quête d'une Jérusalem imaginaire où vivraient des Juifs noirs. Il parvient à convaincre le rabbin, un ancien soldat du Tsar, un chanteur et le chat de faire avec lui la route coloniale...

Galerie photos
Cliquez sur une image pour l'agrandir
Critique presse

Après Le Chat du Rabbin, découvrez prochainement au cinéma Aya de Yopougon, réalisé par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie.

 

Chat tourne !

Article paru dans l'Express - le 14/08/2008 - par Marion Festraëts


Joann Sfar réalise l’adaptation à l’écran de sa BD à succès Le Chat du rabbin.
Pour ce film d’animation inventif, les dessinateurs se sont inspirés des comédiens en chair et en os. L’Express a suivi en exclusivité ces drôles de répétitions.


Le chat n’a pas daigné se déplacer. Son maître, un poil plus corpulent mais pas moins volubile, le remplace pour donner la réplique à Maurice Bénichou. Le comédien a enfilé les pantalons bouffants du rabbin algérois pour jouer quelques scènes avec Joann Sfar, félin de circonstance, et sa fille de papier, Hasfia Herzi en Zlabya plus vrais que nature. Autour d’eux, une poignée de dessinateurs crayonnent furieusement l’allure de l’un, les minauderies de l’autre. De temps en temps, Sfar cesse de faire le chat pour enfiler une paire de babouches, esquisser quelques pas nonchalants. A ses dessinateurs : « Regardez comme la démarche change quand on porte ça. On doit écarter les pieds, marcher en traînant les talons. C’est cette attitude que vous devez restituer ».
Cela ne saute pas aux yeux, mais on fabrique ici un dessin animé. Un long-métrage adapté du Chat du rabbin (Dargaud), la bande dessinée à succès de Sfar, dont les 5 tomes ont été vendus à plus de 700 000 exemplaires. Brillant touche-à-tout, Sfar a décidé d’agiter ses personnages. De les animer, au sens propre : donner la vie, insuffler une âme. Histoire de rendre la chose plus amusante, il ne s’est pas contenté de trouver des voix à ses héros. Il leur donne le corps des acteurs, qu’il livre en pâture aux crayonneurs. Car Joann Sfar ne fait décidément rien comme tout le monde.


Tout a commencé à Cannes, en mai 2007. Alors que Persepolis, tiré du roman graphique de Marjane Satrapi, emballe la Croisette, Joann Sfar et ses complices Clément Oubrerie (le dessinateur d’Aya de Yopougon (Gallimard/Bayou) et Antoine Delesvaux annoncent qu’ils se lancent à leur tour dans la réalisation d’un long-métrage animé. « J’avais refusé sept propositions successives d’adaptation du Chat, en live ou en animation, raconte Sfar. Au point qu’un jour mes éditeurs de Dargaud m’ont demandé pourquoi j’étais si obstiné à dire non. C’est là que j’ai pensé le mettre en scène moi-même. Ma rencontre avec Clément et Antoine a précipité les choses. » Oubrerie et Delesvaux ne sont pas tout à fait des novices en la matière : ils ont cofondé la Station, studio d’animation qui crée séries télé pour enfants et spots de pub. Les trois complices montent alors une autre structure de production, Autochenille, baptisée en hommage au véhicule de la Croisière Noire Citroën, personnage à part entière du dernier volume du Chat du rabbin- et du scénario.


L’histoire ? Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre. Avec sa coscénariste Sandrina Jardel, Sfar enchevêtre des éléments de plusieurs tomes pour en tirer un récit original. « Il faut donner aux gens ce qu’ils ont aimé dans les livres, tout en racontant une nouvelle histoire » souligne Sfar. Qui insiste pour mettre en scène un film de… dessinateur. « Je me sens proche de cinéastes comme Kurosawa, Fritz Lang, Fellini ou Guillermo del Toro, qui ont pour point commun de dessiner leurs films. » Avec une certain sens du grandiose : « Je refuse le minimalisme ! Pour Persepolis, Marjane a choisi de porter très fidèlement son graphisme à l’écran. Moi, au contraire, j’aimerais faire quelque chose de vraiment cinématographique. Il y aura de grands espaces, de la profondeur de champ, des décors très détaillés. »

Plutôt que de s’entourer d’animateurs blanchis sous le harnais, Sfar est parti à la pêche aux jeunes. Une bande de petits génies nommés Hugo Ferrandez, Grégory Elbaz, Gabriel Chemoul ou Agnès Maupré, sortis des Beaux-Arts pour la plupart. Plus un ou deux vétérans, quand même : Zyk (Lucky Luke), aux décors, ou le directeur d’animation Jean-Christophe Dessaint (Bob l’Eponge, Batman, Lucky Luke).


Les voici réunis, un matin ensoleillé de juin, dans un loft en banlieue parisienne. Occupés à voler d’un trait de mine une expression de Hasfia Herzi ou de Jean-Pierre Kalfon, méconnaissable en Malka des lions, conteur vagabond qui emprunte beaucoup à Roman Gary. Ce même mois, toutes les voix seront mises en boîte en studio - sauf celle du Chat, Alain Chabat, enregistrant à la fin de l’été. « Notre métier d’acteur, c’est tout sauf un truc de doublage, où l’on vient plaquer sa voix sur un personnage sans l’habiter, explique Maurice Bénichou, qui participe pour la première fois à un dessin animé. Là, on invente. On interprète. » Pour l’instant son intonation le tracasse : « Je dois m’efforcer de retrouver cette pointe d’accent algérien, perdue depuis longtemps. Sans tomber dans la caricature : ce n’est pas Le Grand Pardon ni La Vérité si je mens. »

De son côté, Hasfia Herzi, magnifique héroïne de La Graine et le mulet, se réjouit d’incarner une juive du début du XXe siècle. « J’ai toujours joué des rôles de petites filles, pas du tout des séductrices. Cette fois, c’est plus sexy. Zlabya est sensuelle. Moi j’adore prendre des poses, alors je suis contente ! » lance la jolie brune. Qu’on ne se méprenne pas : « Il ne s’agit pas de décalquer les mouvements, mais de les réinventer au plus juste, précise Sfar. Dans mon histoire, il n’y a ni bagarre ni scène d’action. On parle d’intimité, des gestes du quotidien. C’est d’autant plus difficile à animer que je veux un vrai jeu d’acteurs chez mes personnages. »


La tradition dont se réclame Autochenille remonte aux années 1930, aux premiers Disney (Blanche Neige et les sept nains, en 1937), aux frères Fleischer, les inventeurs de Popeye et de Betty Boop. « Leurs dessins animés ne s’adressaient pas aux enfants, raconte Sfar. On y voyait des histoires d’amour, des voyous, des vraies bizarreries. Le studio Fleischer était très cosmopolite, un mélange d’immigrés juifs et italiens. Toutes leurs musiques étaient faites par la crème des jazzmen noirs. Plus quelques vrais truands parmi les bailleurs de fonds. » Et comme dans les productions Fleischer, toute l’animation sera plaquée sur la partition musicale. Le compositeur, Olivier Daviaud, est déjà au piano.


Le Chat du rabbin (12.5 millions d’euros de budget) sortira en 2009, mais Autochenille n’a pas l’attention d’en rester là. Déjà le trio lance la préproduction de son deuxième film, Aya de Yopougon, que réalise Clément Oubrerie. « On aimerait bien apporter au cinéma d’animation ce qu’on a amené dans la bande dessinée il y a dix ans, explique Sfar. Faire des films d’auteur pour le grand public. » Antoine Delesvaux conçoit Autochenille comme « un éditeur de cinéma » : « La démarche artistique précède la fabrication, comme chez Ghibli, au Japon (Princesse Mononoké, Le Tombeau des lucioles, Le Voyage de Chihiro) ou chez Aardman en Grande-Bretagne (Walace et Gromit, Chicken Run). » Pour maîtriser l’ensemble du processus artistique, Autochenille a fondé son propre studio, Banjo. Et vient d’emménager dans des bureaux signés Oscar Niemeyer, loués au… Parti communiste français, place du Colonel-Fabien, à Paris. Puisqu’on vous dit que ces trois-là ne font rien comme les autres.

Marion Festraëts




 


Autour du film

CASTING

LE CHAT - François MOREL
LE RABBIN - Maurice BENICHOU
ZLABYA - Hafsia HERZI
LE RABBIN DU RABBIN - Daniel COHEN
LE JEUNE RUSSE - Sava LOLOV
REPORTER BELGE - François DAMIENS
LE CHEIKH SFAR - FELLAG
LE MALKA DES LIONS - Jean-Pierre KALFON
VASTENOV - Wojtek PSZONIAK
L'AFRICAINE - Marguerite ABOUËT
LE PROFESSEUR SOLIMAN - Eric ELMOSNINO
KNIDELETTE - Alice HOURI

 

D'après l'oeuvre originale de Joann Sfar - publiée chez Dargaud (750 000 ex. vendus en France, traduite en 15 langues et publiée dans 17 pays).

 

Crédit photos : Autochenille Production - TF1 Droits Audiovisuels - France 3 Cinéma